Mise à jour : 11/05/2018 (il y a 2 semaines).

L’exemple de la Suède en terme de sécurité routière

la Suède en terme de sécurité routière
 

En 2015 en France, on note une hausse de la mortalité sur les routes de 2, 1% par rapport à l'année 2014, ce qui représente près de 3500 morts sur les routes. On reste ainsi encore très loin des moins de 2000 morts en 2020 prévus par le gouvernement. La Suède confirme sa place de championne du monde de la sécurité routière depuis déjà plusieurs années, en quoi consiste ce modèle de la sécurité routière ?

Quelques chiffres sur la sécurité routiète en Suède


En Suède, on répertorie environ deux fois moins de morts sur les routes qu'en France, et le gouvernement s'est fixé l'objectif “aucun mort sur les routes” en 2020, ce qui est très éloigné de l'ambition française. Il mène ainsi une guerre sans pitié contre l'insécurité routière et les comportements dangereux au volant, à l'aide de politiques “tolérance zéro” notamment.

La règlementation très stricte de la Suède en ce qui concerne l'alcool au volant et les excès de vitesse

Les Suédois appliquent des règles très strictes en terme d'alcoolémie au volant et de respect des limitations de vitesse, avec des sanctions lourdes en cas de manquement à celles-ci. En effet, la tolérance maximum en ce qui concerne l'alcool est de 0, 2 gramme par litre de sang en Suède (soit un demi-verre de vin environ). De plus, lors de contrôles routiers, toutes les voitures sont arrêtées et contrôlées sans exception, contrairement à la France, qui n'arrête souvent qu'une voiture sur cinq, voire moins.

Rappelons tout de même que l'amende moyenne pour une alcoolémie trop élevée est de 2000 € en Suède, le conducteur risque également une suspension de son permis de conduire pouvant aller jusqu'à 12 mois, alors qu'en France, pour une alcoolémie comprise entre 0, 5 g/l et 0, 8 g/l, on applique une amende de 135 € seulement (ainsi qu'un retrait de 6 points sur le permis de conduire), ce qui paraît très peu en comparaison, et qui ne suffit pas à dissuader certains conducteurs de prendre le volant après avoir trop bu.

Notons également que les amendes pour excès de vitesse sont beaucoup plus élevées, et cela même pour les petits excès de vitesse. En France, le débat est en cours pour déterminer si l'on doit supprimer les sanctions existantes pour les excès de vitesse inférieurs à 10 km/h.

Les amendes en fonction du revenu en Suède

En Suède, les amendes sont très souvent calculées en fonction du revenu du conducteur, de façon à ce qu'elles soient dissuasives, quels que soient les revenus de celui-ci. Un conducteur millionnaire qui roulait à 26 km/h au-dessus de la limite autorisée c'est donc vu appliquer une amende de 54 000 €, ce qui serait impensable en France. Le gouvernement suédois s'assure donc que les amendes dissuadent tous les conducteurs, et pas seulement ceux aux revenus moyens voire faibles.

Forfaits Conduite

Une règlementation française trop laxiste ?

Alors que beaucoup de Français considèrent que le code de la route comporte trop de règlementations, les routes continuent de tuer en France, avec en moyenne un accident mortel sur trois causés par l'alcool. Il est important de souligner que les sanctions ne sont pas assez importantes pour dissuader complètement les automobilistes de prendre le volant après avoir consommé de l'alcool ou d'autres substances pouvant nuire à la conduite. Il en est de même en ce qui concerne les excès de vitesse.

Les stages de récupération de points contribuent également à cela. En effet, si le conducteur sait qu'il peut récupérer jusqu'à 4 points par an en effectuant un tel stage, qui dure deux jours et dont le prix n'est pas excessivement élevé, la perte de points sur son permis de conduire lui paraîtra moins grave. Or, l'idéal sera de réellement faire prendre conscience aux automobilistes du danger qu'ils représentent en conduisant en état d'ivresse ou en conduisant trop vite.

Le début de la tolérance zéro en France ?

La tolérance zéro a déjà été appliquée en France depuis 2015, mais cela ne concerne encore que les conducteurs en période probatoire. Cependant, il n'est pas encore dans les ambitions du gouvernement de généraliser cette mesure à tous les conducteurs, comme c'est le cas en Suède.