Mise à jour : 11/05/2018 (il y a 2 mois).

De nouveaux radars dans les virages

radar-virage

Les dangers des excès de vitesse dans les virages

En France, on compte plus de 660 accidents mortels dans les virages durant l'année 2016. En effet, s'il est généralement dangereux de rouler au-delà de la vitesse autorisée, cela est d'autant plus vrai dans les virages, où la visibilité est souvent limitée, et où l'on ne peut donc pas anticiper les manoeuvres des autres usagers de la route. C'est pourquoi, le 25 juillet 2017, le gouvernement a décidé de mettre en service de nouveaux radars, capables de détecter la vitesse des véhicules, et ce même dans les virages, où la route n'est pas rectiligne. Avant cette date, les radars ne fonctionnaient que sur des trajectoires droites, comme les autoroutes. Il s'agit là d'une mesure de prévention destinée à éviter ces accidents en particulier.

Quelques chiffres sur les accidents de la route et les radars autonomes dans les virages

Il est intéressant de souligner les chiffres suivants quant à la conduite dans les virages :

  • 43% des chutes mortelles en deux-roues ont lieu dans des virages
  • 248 radars autonomes vont être placés sur les routes sinueuses
  • en 2016, on a compté 160 accidents mortels de deux-roues et 496 accidents mortels de voitures dans des virages

Notons qu'une vitesse excessive aggrave énormément les dégâts causés lors d'accidents dans des virages. De ce fait, afin de remédier à ce souci, des radars autonomes seront désormais placés dans des zones à risque, ils seront annoncés par un panneau classique d'entrée dans une zone de contrôle de vitesse, car il ne s'agit pas de “piéger” les conducteurs mais de prévenir et d'éviter des accidents dans ces zones.

Forfaits Code de la route

Le fonctionnement des nouveaux radars dans les virages

Ces radars ne seront pas installés dans les virages à proprement parler mais à l'entrée ou à la sortie de celui-ci (selon les propos du délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe). Auparavant, les radars ne pouvaient contrôler la vitesse des véhicules que sur des lignes droites pour des raisons techniques. À présent, des radars autonomes (appelés également radars chantiers) seront déployés dans les routes sinueuses considérées comme dangereuses (comme des routes de montagne par exemple, qui nécessite une circulation prudente et une vitesse réduite).

On parle de radars autonomes car ceux-ci peuvent être facilement déplacés, contrairement aux radars fixes utilisés jusqu'alors, ces radars existaient déjà, mais ils n'étaient pas encore homologués, cette homologation n'est survenue que récemment.

Les évolutions à venir en terme de contrôle de la sécurité routière

Ces radars étant maintenant en place, on pourrait prédir, dans quelques années sans doute, des systèmes de vidéo-verbalisation, avec des caméras qui constateraient des infractions comme l'usage du téléphone au volant ou encore un mauvais usage des phares. Ce dispositif est d'ailleurs déjà à l'état de prototype actuellement.

Les critiques émises au sujet de ces radars

Les critiques émises sont généralement de deux sortes. La première concerne les réglages des radars ainsi que la marge d'erreur permise. Des contestations sont ainsi à prévoir dans les premiers mois de fonctionnement de l'appareil. D'autre part, certains automobilistes jugent que le gouvernement devrait plutôt améliorer la structure et l'état des routes, en comblant les nids de poule par exemple, soulignant ainsi que ceux-ci sont davantage responsables des accidents que la vitesse (notamment en ce qui concerne les deux-roues).