Patientez...
/ / Les usagers vulnérables, savoir les respecter

Piétons, cyclistes : savoir les respecter

La route n'appartient pas qu'aux automobilistes. C'est un espace où l'on côtoie aussi des usagers plus vulnérables comme les piétons, cyclistes, cyclomotoristes, enfants, personnes âgées et handicapées.

Pourquoi traiter la question des piétons, cyclistes et autres usagers vulnérables ?

D'abord, parce que les usagers vulnérables constituent un nouveau thème de l'Epreuve Théorique Générale (E.T.G.) et de l'épreuve de conduite du permis de conduire.
Ensuite, parce qu'il est normal au volant d'adopter un comportement de tolérance et de civisme envers autrui.

Qui sont ces usagers vulnérables ?



  • Les piétons, qui ont à se déplacer en ville et hors agglomération, ont à traverser des axes routiers et s'exposent fréquemment aux risques de la route. D'ailleurs, nous sommes tous des piétons à un moment donné.
  • Les cyclistes, qui n'ont pas toujours à leur disposition une piste cyclable ou une bande cyclable, doivent parfois emprunter des axes à grande circulation.
  • Les cyclomotoristes et les motocyclistes.
  • Les enfants, qui n'ont pas encore les capacités physiques et psychologiques nécessaires pour analyser une situation de circulation et prendre les bonnes décisions au bon moment.
  • Les seniors qui n'ont plus les capacités physiques (visuelles, auditives, motrices et parfois cognitives) pour affronter, dans de bonnes conditions, les dangers de la circulation routière.

Bilan des blessés chez les usagers vulnérables, par tranches d'âge et par catégories d'usagers en 2010

CATÉGORIES D'USAGERS ENFANTS SENIORS
PIÉTONS 20 % des blessés 33 % des blessés
CYCLISTES 11 % des blessés 06 % des blessés
AUTOMOBILISTES 57 % des blessés 53 % des blessés
TOTAL 7098 blessés 7619 blessés

Sur ce tableau, nous voyons bien que les enfants et les seniors sont surtout victimes en tant que piétons et passagers d'automobiles ou automobilistes.

Quels sont les indices utiles pour repérer les usagers vulnérables ?

  • D'abord, bien connaître le code de la route :
    Par exemple, les panneaux de signalisation qui indiquent les passages piétons, les feux tricolores et tout particulièrement les endroits fréquentés par les enfants (sorties d'écoles, colonies de vacances).
  • Ensuite, observer en permanence pour tenir compte d'une éventuelle présence :
    Par exemple, redoubler d'attention lors de la dépose des enfants devant les établissements scolaires et être prêt à réagir au cas où l'enfant descendrait du véhicule côté circulation. Même chose à l'arrêt des bus scolaires où il faut s'assurer que des enfants ne vont pas traverser devant ou derrière le bus avant son redémarrage.
  • Anticiper pour adapter l'allure et le placement sur la chaussée :
    Par exemple, lors du début d'une bande cyclable.
  • Assurer en permanence les contrôles autour de soi :
    • vision directe à l'avant,
    • vision dans les rétroviseurs, intérieur et extérieur, et vision directe pour la marche arrière,
    • vision sur les côtés, en tournant la tête pour vérifier les angles morts avant la manoeuvre.
  • Quelques exemples d'indices utiles complémentaires :
    • constater la présence d'une personne âgée, à proximité d'un passage piétons,
    • passer devant une école primaire à 11h30, au moment de la sortie des enfants,
    • rouler derrière un cycliste arrivant sur une plaque d'égout, une flaque d'eau, qui va l'obliger à faire un écart.

Quelles sont les sanctions en cas de non-respect des usagers vulnérables ?

Dès l'instant où les piétons s'engagent régulièrement sur la chaussée, les conducteurs de véhicules doivent leur céder le passage. En cas d'infraction à cette règle de priorité, le conducteur s'expose à une amende forfaitaire de 135 €, majorée à 375 € après 45 jours, à un retrait de 4 points sur le permis de conduire et à une peine complémentaire pouvant aller jusqu'à 3 ans de suspension du permis de conduire.
Les sanctions sont identiques en cas de frôlement d'un cycliste (distance latérale de 1 m en ville et 1,50 m hors agglomération) ou en cas de refus de priorité.

Existe-t-il une formation des usagers vulnérables ?

Effectivement, un continuum éducatif a été mis en place par l'Éducation nationale, par les associations de sécurité routière et par les auto-écoles tout au long du cursus scolaire.

Il commence dès le plus jeune âge, dans la grande section de maternelle et dans le primaire : formation à la circulation piétonne et cycliste. Exemple : Opération « Zou le Tatou » de l'association Prévention Routière et mise en place de pistes d'éducation dans les écoles.

Il se poursuit, durant le secondaire, avec l'ASSR 1 (Attestation Scolaire de Sécurité Routière de 1er niveau) passée en classe de 5ème, puis lors du passage du Brevet de Sécurité Routière dans les auto-écoles et, enfin, avec l'ASSR 2 passée en classe de 3ème.

La préparation de l'Epreuve Théorique Générale et de l'épreuve de conduite du permis de conduire est l'aboutissement de cette formation.

L'ensemble de cette formation concourt à la réduction de l'accidentologie des usagers vulnérables.







Téléphone Service client : 01 45 43 14 92